Les enjeux de l’éolien

Le fonctionnement d’une éolienne

Technologie envisagée

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT

Le principe de fonctionnement de l’énergie éolienne repose sur la transformation de l’énergie cinétique en énergie électrique : le vent fait tourner des pales qui font elles-mêmes tourner le générateur de l’éolienne. À son tour le générateur transforme l’énergie mécanique du vent en énergie électrique. Le courant électrique est ensuite transformé et injecté dans le réseau électrique pour alimenter nos foyers. Il peut être stocké pour être utilisé plus tard.

eolienne

Une hauteur importante entre la cime des arbres et le bas de pâle sera à respecter afin :

  • De limiter les turbulences sur les éoliennes.
  • Diminuer les sensibilités sur les chauves-souris.

Qu’est-ce que l’éolien ?

Ces chiffres ont été calculés sur la base d’une éoliennes de puissance de 2,5 MW. Ils sont issus des premières mesures de vent et seront à confirmer dans la suite de la campagne de mesures de vent.

5 250 000 kWh
de production annuelle d’électricité

2100 personnes
concernées en équivalence de consommation d’électricité

Données INSEE

co2

4725 tonnes de Co2 évitées
sur une base d’émission de 0,9 tonnes de Co2/MWh émis par une centrale à charbon

17,85 kg de déchets nucléaires évités
sur une base de 3,4 kg de déchets nucléaires produits par GWh

Cycle de vie d’un projet éolien

Conception Fabrication

Transport

Installation

Exploitation

Démantèlement

Recyclage

Temps de retour énergétique d’un projet éolien

Le temps de retour énergétique d’un parc éolien est en moyenne de 4 à 8 mois.

Ce temps de retour énergétique correspond au ratio entre l’énergie dépensée durant tout le cycle de vie du parc (fabrication, transport, démantèlement…) par rapport à l’énergie produite par ce même parc.

L’encadrement législatif et réglementaire

La construction d’un parc éolien nécessite plusieurs autorisations préfectorales et ministérielles.

Le développeur éolien doit donc déposer à la Préfecture du département dans lequel est situé le projet de parc éolien les demandes suivantes :

Autorisations impératives :

Demande d’autorisation d’exploiter ICPE et demande d’approbation du réseau électrique interne au parc éolien, instruites par les DREAL, et demande de permis de construire avec avis de la commune, instruite par la DDT.

En fonction des caractéristiques du projet : 

Demande d’autorisation de défrichement instruite par les DDT, dérogation relative aux espèces protégées, autorisation ou déclaration au titre de la loi sur l’eau, autorisation d’exploiter électrique pour tout projet > 30 MW
Plus d’une vingtaine de services et organismes différents sont consultés dans le cadre de ces instructions.
Depuis le 1er novembre 2015, toutes ces autorisations sont regroupées au sein d’une autorisation unique.

L’autorisation unique :

La procédure d’autorisation unique d’un parc éolien prévoit la réalisation d’une étude d’impacts et de dangers qui évalue les effets du projet sur l’environnement, en incluant des critères tels que l’impact paysager, la biodiversité, le bruit et les risques pour les riverains. Elle prévoit également une enquête publique avec affichage dans un rayon de 6 km autour du lieu envisagé pour l’implantation des éoliennes.

Après examen par cette instance, le Préfet prend sa décision, par voie d’arrêté préfectoral. Cet arrêté peut fixer des prescriptions complémentaires et compensatoires (éloignement, niveau de bruit, contrôles réguliers, plantations d’écrans, …) qui viennent s’ajouter aux prescriptions réglementaires nationales en fonction des résultats des consultations et de l’enquête publique.

Source : www.ecologique-solidaire.gouv.fr/eolien-terrestre

Les objectifs de développement de l’éolien en France

Les objectifs nationaux

Respecter le Grenelle de l’Environnement I et II

  • La France s’est fixée l’objectif de promouvoir les énergies renouvelables pour qu’elles représentent au moins 23% de sa consommation électrique.
  • La production d’énergie éolienne doit atteindre une capacité installée de 25 000 MW dont 19 000 MW d’éolien terrestre à horizon 2020.

Tenir les engagements fixés par la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte

  • Diminuer de 40% les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030,
  • Porter à 32% les énergies renouvelables dans le mix énergétique français en 2030 (contre 27% à l’échelle européenne),
  • Diviser par 2 la consommation d’énergie d’ici à 2050,
  • Porter à 50% l’électricité d’origine nucléaire en plafonnant à 62,3 GW la capacité installée de l’électricité nucléaire en France.

Chiffres de l’éolien en france fin 2016

Puissance éolienne raccordée par région

carte-france_01

Puissance installée : 12,1 GW

Electricité produite : 19,8 Térawatt heures
Soit 4,1 % de la consommation française d’électricité (soit l’équivalent de la consommation de 7 920 000 personnes)

La France affiche un retard d’environ 800 MW par an, soit en 2020 un retard de plus de 4 000 MW sur l’objectif de 19.000 MW fixé par le Grenelle II.

Les objectifs régionaux

Les objectifs régionaux

Eolien en Bourgogne – Franche-Comté (RTE 2017)

  • Objectif en Bourgogne – Franche-Comté d’une capacité d’énergie éolienne installée de 2100 MW (dont 1500 MW pour la Bourgogne) pour 2020
  • Puissance globale de 558 MW soit 27% de l’objectif régional.
puissance_01

Puissance installées, projet en développement et objectifs SRCAE pour l’éolien terrestre

La région Bourgogne – Franche-Comté doit encore raccorder 1 542 MW pour atteindre ses objectifs.

à Le projet éolien de Mont-sous-Vaudrey s’inscrit pleinement dans cette dynamique de développement de l’éolien.

Consommations et productions électrique

Consommation d’électricité de 20,4 TWh en 2016. Production d’électricité de 2,7 TWh en 2016 – La Région Bourgogne – Franche-Comté consomme 8 fois plus qu’elle ne produit d’électricité.

carte-bourgogne_01

Une région largement importatrice en 2016 (GWh)

prod_01

Evolution de la part des différentes productions dans les mix électriques annuel de la région. Source: RTE Mai 2017

Le démantèlement

Constitution obligatoire d’une garantie financière de 50 000€ par éolienne pour assurer :

  • Démantèlement des installations de production et des postes de livraison ainsi que les câbles dans un rayon de 10 mètres autour des aérogénérateurs et des postes de livraison.
  • Excavation d’une partie des fondations :
    sur une profondeur de 2 m pour les terrains à usage forestier.
  • Remise en état des terrains :
    Décaissement des aires de grutage et des chemins d’accès sur une profondeur de 40 centimètres.
    Remblai de terre végétale de même qualité que celle de la parcelle initiale (sauf si leur propriétaire souhaite leur maintien en l’état).
  • Valorisation ou élimination des déchets de démolition

Source : Article 1 de l’ Arrêté du 26 août 2011 relatif à la remise en état et à la constitution des garanties financières

En cas de disparition juridique de l’exploitant du parc ou de carence de mise en œuvre du démantèlement, le Préfet pourra recourir aux garanties financières constituées en amont